Les mines et les services portent l’économie Nationale

Au 4e trimestre 2014, l’économie nationale aurait affiché une croissance estimée à 2,7%, en glissement annuel, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Cette évolution serait attribuable à une amélioration de 3,5% des activités non-agricoles, tirée particulièrement par le bon comportement des secteurs tertiaires. Avec une hausse de 3,8% des activités hors agriculture et compte tenu d’une amélioration de 5,1% de la valeur ajoutée agricole, la croissance économique nationale serait, au premier trimestre 2015, de 4,1%, explique l’organisme dirigé par Ahmed Reda Lahlimi.

Le HCP souligne que les mines et les services ont été les principaux moteurs de la croissance économique à fin 2014. La valeur ajoutée des activités non-agricoles aurait progressé de 3,5% au quatrième trimestre 2014, en variation annuelle, au lieu de 2% une année plus tôt.

Les activités de communications, du transport et du commerce auraient le plus concouru à la dynamique du secteur tertiaire, permettant de relever sa contribution à la croissance économique globale à 1,7 point. A l’inverse, l’hébergement et la restauration auraient vu leur valeur ajoutée s’infléchir de 1,3%.

RENFORCEMENT DE LA DEMANDE DES INDUSTRIES LOCALES DE TRANSFORMATION

Au niveau des activités secondaires, l’essentiel de leur amélioration aurait été alimentée par la performance des mines, dont la contribution à la croissance économique aurait culminé à 0,5 point, au lieu de -0,3 point une année auparavant.

Le raffermissement des activités minières se serait, en effet, poursuivi au quatrième trimestre 2014, au rythme de 15,5%, en variation annuelle. Cette expansion incomberait notamment au renforcement de la demande des industries locales de transformation, dopé principalement par la reprise des importations asiatiques de l’acide phosphorique.

Sur l’ensemble de l’année 2014, les activités minières seraient restées soutenues, affichant une croissance de 12,3%, en comparaison avec 2013. La production des minerais non-métalliques, notamment le phosphate brut serait resté le socle de cette performance.

Le rythme de progression des industries hors raffinage se serait situé aux alentours de 2% au cours du quatrième trimestre, après avoir crû de 3% au troisième trimestre. Cette évolution devrait inscrire le secteur sur un sentier de croissance plus soutenu en 2014 par rapport à 2013 (2%, contre +0,7% seulement). Si l’on exclut les branches traditionnellement performantes, en l’occurrence l’agro-alimentaire, les industries du « textile et cuir » et celles de la « chimie et parachimie » se seraient bien comportées, par rapport à la première moitié de l’année 2014.

Pour sa part, l’activité du bâtiment et travaux publics aurait affiché une hausse de 0,8% au quatrième trimestre 2014, en variation annuelle. Pourtant, la phase prolongée du ralentissement conjoncturel des activités de construction ne semble pas encore toucher à sa fin, comme le laisse augurer, par ailleurs, l’atonie de l’utilisation des matériaux de construction, en l’occurrence le ciment dont les ventes se seraient infléchies de près de 6%, au cours de la même période.

CROISSANCE DE PLUS DE 4% AU PREMIER TRIMESTRE 2015

Concernant le secteur agricole, la contraction de la valeur ajoutée se serait limitée à 1,5% au dernier trimestre de 2014, en variation annuelle, après des régressions respectives de 2% et 1,6% au cours des deux trimestres qui précèdent. Pour rappel, la campagne agricole 2013/2014 avait été marquée par un déficit pluviométrique ayant atteint 27% par rapport à une saison pluviométrique normale. Les effets de ce déficit auraient principalement affecté les céréales, les légumineuses et certaines cultures industrielles, dont les rendements auraient baissé de 2 points, en moyenne.

Dans l’ensemble et compte tenu des indicateurs collectés jusqu’à fin novembre 2014, ainsi que des estimations sectorielles établies pour le quatrième trimestre 2014, la croissance économique nationale se serait établie à 2,7%, au quatrième trimestre, au lieu de +2,9%, un trimestre auparavant.

Globalement, la valeur ajoutée des activités hors agriculture enregistrerait une progression de 3,8% au premier trimestre 2015, en variation annuelle, ce qui situerait la croissance économique globale à 4,1% au cours de la même période.

Source: aufait.ma

Comments are closed.

Copyright All Rights Reserved © 2017 stokvis.ma

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com